Travaux de finition du chantier de rénovation de la place vodùn Sakpata-Dohami, dans le cadre de la 6Ème édition du festival éclosions urbaines

La 6e édition du festival éclosions urbaines prévue pour se tenir du 1er novembre au 31 décembre 2020, se poursuit. Initié par l’association culturelle Ouadada-Bénin, ledit festival inscrit une fois encore en ce moment, de grands changements dans l’histoire de la culture et du patrimoine béninois. Mieux, les travaux de rénovation de la place vodùn Sakpata Dohami, située à Houinmey-Château (Porto-Novo), tendent progressivement vers leur fin.

Après la fabrication des briques, le montage des murs, le coffrage, la réalisation des poteaux et de la dalle, arrivent maintenant les travaux de charpente, de crépissage, puis de tracé des murs. En attendant l’arrivée des artistes plasticiens pour de captivantes créations dans le cadre du festival éclosions urbaines, la somptueuse bâtisse de la place vodùn Sakpata Dohami a pris corps en toute beauté.

Là-bas, les différents artisans vont et viennent avec entrain. Entre leurs quelques interjections, blagues, éclats de rire pour raviver la détermination, truelles et planches s’élèvent puis descendent. Tandis que certains roulent la brouette pleine de mélange de sable, eau et ciment vers les murs, ceux qui y sont positionnés s’attèlent à induire ces murs de ce savant mélange. Puis, s’en suivent les travaux de nivelage et de lissage, sous le regard éveillé du directeur de Ouadada-Bénin. De l’autre côté, les charpentiers, marteaux et clous en main, font crépiter à chaque coup, la tuile et les charpentes. Une animation aussi passionnante qu’impressionnante, le festival éclosions urbaines !

En l’espace de quelques jours, ce qui était un vieux bâtiment délabré sur la place vodùn Sakpata Dohami, s’est progressivement transformé en un splendide sanctuaire. Réalisée avec une dominance de terre rouge, cette place est désormais le centre de toutes les attentions : tous les regards y sont tournés. Pourtant, c’est loin d’être la fin.

Si vous êtes dans les environs, vous devriez y faire un tour. D’ici là, restez abonnés pour ne rien rater de la suite des travaux de ce festival qui reçoit un fort soutien de l’association Incite Média et de l’agglomération de Cergy-Pontoise.

Il faut rappeler que le reportage de l’événement est assuré cette année par les jeunes du cycle 1 en formation dans le cadre du projet « insertion économique et renforcement des capacités des jeunes en création numérique et communication axées sur la promotion de la culture, du patrimoine et du tourisme au Bénin », financé par l’Union Européenne.