Détails utiles

Quand partir ?

La période la plus convoitée par les visiteurs s’étend de décembre à juin, pendant la saison sèche. Toutes les routes sont alors praticables et les parcs naturels offrent davantage à voir. Par ailleurs, les mois de juin à septembre sont également agréables grâce à leur relative fraîcheur et à la beauté des paysages verdoyants du Sud. En fait, chaque période présente un intérêt et aucune n’est vraiment déconseillée.

Décalage horaire

L’heure béninoise correspond à l’heure GMT+1 (quand il est 12h en temps universel, il est 13h au Bénin.)

En hiver, Bénin et France sont à la même heure.

En été, la France a une heure d’avance sur le Bénin (quand il est 12h en France, il est 11h au Bénin).

Argent

La monnaie béninoise est le Franc CFA.

1 euro = 656 Fcfa

Vous ne trouverez pas de francs CFA en France (à moins d’avoir des contacts à Barbès !)

Il vous faudra donc changer vos euros à votre arrivée. Un conseil, évitez l’aéroport qui applique une commission très élevée. Du moins, n’y changez pas tout votre argent. Vous pourrez faire le change gratuitement auprès des diverses banques de la place (Ecobank, BOA, SGBBE, Financial Bank).

Transport

OUADADA propose la location de véhicules. Contactez-nous pour plus de renseignements.

Deux types de transport intra urbains sont disponibles dans la ville de Cotonou : les taxis ville (jaune et vert) et les zémidjans (zems, ou taxis moto) dont les conducteurs vêtus d’une chemise jaune. Les zémidjans (du fon : « prends-moi vite ») s’arrêtent à l’endroit où vous les interpellez et vous conduisent au lieu précis que vous leur indiquez. Si votre indication manque de précision, ne vous inquiétez pas et comptez sur eux.

L’avantage avec le zémidjan, c’est qu’on retrouve toujours son chemin. En revanche, la sécurité n’est pas son fort… (pas de casque, circulation parfois anarchique,…)

Pour les trajets interurbains, des taxi-voitures ou des minibus vous conduisent d’une gare routière à une autre.

Enfin, pour les plus longues routes, il existe également des compagnies de transport en bus.

Télécharger le tableau des distances.

Télécommunications

Des cabines téléphoniques privées parsèment les rues : observez les trottoirs, vous trouverez les enseignes.

Par ailleurs, les opérateurs téléphoniques GSM sont nombreux et les cartes SIM vendues à prix très très réduit un peu partout en ville, y compris à l’aéroport.

L’indicatif pour téléphoner en France est le 0033. Ne tapez pas le premier zéro du numéro de votre correspondant (ex. : 0033 (0)1.00.00.00.00). Ces cabines utilisent des compteurs à impulsion. L’impulsion (dont la durée varie en fonction de l’opérateur ou de la distance) est tarifée à 25 Fcfa (0,03 €)

Des cyber cafés existent un peu partout en ville (une heure de connexion à 400Fcfa, soit 0,6€). Vous aurez donc un accès Internet mais sachez que le débit est parfois très lent.

Sécurité

Pour ceux qui ne la connaissent pas, l’Afrique fait parfois peur… Plusieurs points doivent donc être éclaircis :

  • D’abord, l’Afrique est une et multiple. Certes, il s’agit d’un continent dont on espère que les pays finiront par s’associer pour un avenir meilleur. Mais puisque tel n’est pas encore le cas, insistons sur le fait qu’il existe de profondes différences d’un pays à l’autre, notamment sur le plan de la stabilité politique et de la sécurité. Et là, le Bénin fait figure d’exemple. Cotonou n’est pas Johannesburg, ni Lagos, ni Nairobi… Faites attention à vos affaires, certes. Mais ne pensez pas que tout le monde en veut à votre sac à main : ce n’est pas le cas ! Le béninois est en général respectueux et très soucieux de l’opinion des étrangers concernant son pays. Par conséquent, sachez que vous pouvez sortir le soir sans craindre de vous faire agresser. Juste une recommandation : la plage de Cotonou est connue pour accueillir des brigands, évitez d’y aller la nuit.
  • Ensuite : chère jeunesse passionnée et insouciante, le Bénin va vous emballer, c’est clair… mais gardez la tête froide : respectez vos hôtes et honorez-les en vous montrant dignes et responsables. Aussi, veillez à ne pas enfreindre les lois ou les codes de conduite admis au Bénin et n’oubliez pas les règles de prudence et de sécurité communément requises.
  • Enfin, si vous utilisez les transports locaux, n’hésitez pas à réprimander le chauffeur si sa conduite vous paraît dangereuse. Il est tenu de respecter vos consignes. Les accidents de la route demeurent trop fréquents et il appartient à chacun de responsabiliser ses frères.