Ouidah, ville témoin de l’esclavage

Unique port du pays jusqu’en 1908, Ouidah constitue une ville phare en ce qui concerne l’histoire de la traite négrière en Afrique de l’Ouest, au même titre que El Mina et Cape Coast au Ghana, ou l’île de Gorée au Sénégal. Située à 41 km à l’Ouest de Cotonou, Ouidah présente un visage calme et charmant et dispose de nombreux attraits pour les visiteurs.

La route des Esclaves et la porte du non-retour

Symbolisant et commémorant le départ de centaines de milliers d’esclaves lors de la traite négrière, la porte du non-retour est un monument historique et artistique chargé d’émotions. L’itinéraire qui y mène dit de « la route des esclaves » correspond au chemin emprunté par les hommes et femmes enchaînés : il débute sur la place Chacha (place du marché aux esclaves), se dirige vers la case Zomaï où étaient « stockés » les esclaves et continue avec le mémorial de Zoungbodji avant d’aboutir à la plage, lieu d’embarquement définitif.

Un site empreint d’une histoire pesante mais incontournable.

Le Temple des pythons

Site historiquement sacré aujourd’hui très touristique. Intéressant si l’on souhaite être pris en photo avec un python autour du cou. L’intérêt du site réside aussi dans sa localisation : exactement en face de la basilique !

La forêt sacrée

Cette forêt sacrée – comme la plupart dites sacrées mais citées dans les guides – n’en est plus véritablement mais elle vaut le détour des passionnés d’Histoire au sens large du terme car au Bénin, l’Histoire fait parfois référence à des légendes. Ce qui ajoute à son charme.

Celle-ci serait le lieu de métamorphose du roi Kpassé en un iroko. Faites un vœu au pied de l’arbre, cela vous portera chance. Hormis les diverses espèces végétales qui la peuplent, cette forêt est habitée de sculptures symbolisant quelques évènements historiques du royaume de Ouidah, toujours liés aux divinités Vodou.

La Route des pêches

De Ouidah à Cotonou, n’hésitez pas à emprunter la route des pêches, passage sableux qui longe la plage. Vous assisterez au retour des pêcheurs tirant les filets et déjà attendus par les « bonnes dames », vendeuses de poisson. Un moment de convivialité et de partage très intense. Proposez un coup de main, ils en ont toujours besoin. Et cela vous vaudra bien des plaisanteries ! Enfin, si vous en êtes friands, achetez vous-même quelques poissons bien frais : avec un couteau et du jus de citron vert, vos sushi sont servis ! Vous trouverez à les accompagner d’une noix coco fraîche vendue aux abords de la route. Tout au long, vous trouverez également des bars-restaurants toutes catégories à l’ambiance festive.