Cotonou, mégapole cosmopolite

Cotonou est la capitale économique du Bénin. N’ayant rien à voir avec le coton, son nom viendrait plutôt du Fon « Ku Tonou » : la rivière de la mort. Les anciens pensaient que les âmes des défunts rejoignaient la mer par l’embouchure du fleuve Ouémé, sur laquelle s’est bâtie la ville.

Cotonou est une ville à découvrir sans nécessairement s’y attarder. Bien que le gouvernement fasse des efforts considérables en matière d’aménagement urbain et de réfection des infrastructures routières, Cotonou demeure épuisante du fait de ses embouteillages et de la pollution qu’ils entraînent. Siège des zémidjans et du commerce informel d’essence, il est parfois difficile d’y respirer.

Mais Cotonou est incontournable : centres d’affaires, quartiers commerçants ou résidentiels en tout genre, agitation urbaine, marchands ambulants… elle permet d’appréhender l’ambiguïté du phénomène d’urbanisation accélérée en Afrique. Diversité des niveaux et modes de vie, diversité des peuplements, confusion des styles architecturaux, densité de population, d’échanges et de mouvements. C’est une ville en ébullition, qui vit la nuit presque autant que le jour, une ville en constant changement. A tel point d’ailleurs que le pont chevauchant la lagune à côté du « vieux pont » et baptisé « Nouveau Pont » n’est en réalité plus le Nouveau Pont puisqu’un troisième pont a déjà été construit depuis !

Le Centre de Promotion de l’Artisanat (Boulevard Saint-Michel)

Ensemble de bungalows de vente et ateliers de travail, le CPA est idéal pour acheter des souvenirs en tout genre… et éventuellement à toute vitesse. Vous y trouverez un peu de tout : sculptures, masques, instruments de musique, tissus imprimés, batiks, bijoux, boubous, chemises et pantalons… ainsi que des hamacs, des sacs, etc. La plupart des vendeurs (béninois, sénégalais, burkinabé, maliens, togolais, etc.) proposent les mêmes articles. Ne croyez pas tout ce qu’ils vous diront : leurs articles n’ont pas forcément la valeur prétendue ! Un conseil : sachez négocier mieux que jamais !

Le Centre Culturel Français

Le CCF est situé juste à côté de l’ambassade de France en allant vers l’aéroport. Il dispose d’une bibliothèque bien fournie, d’une salle d’exposition, d’un bar et d’un théâtre de verdure (théâtre, concerts, projections de films…). Il propose également diverses activités telles que des cours de danse, des concours de slam, des conférences-débats, etc.

Le marché Dantokpa

Labyrinthe de tissus et marchandises en tout genre, le plus grand marché du Bénin tire son nom de la divinité Dan, liée à l’eau. « Dantokpa » située sur les bords de la lagune signifie en effet « à côté de Dan » : une manière d’honorer ce Vodou et de placer les commerçants et leurs activités sous sa protection.

Intéressant à découvrir, il nécessite toutefois un sens accru de l’orientation ou éventuellement un guide ainsi qu’un minimum de vigilance à l’égard de son porte-monnaie.

Missèbo

Vous avez lu « Voyage aux pays du coton », d’Erik Orsenna ? Vous souvenez-vous de son évocation du marché de la friperie de Bamako et de l’enthousiasme qu’il suscite auprès des populations ? Eh bien rendez-vous à Missèbo, le marché cotonois de la friperie. Il s’étend à perte de vue sur la rive droite de l’Ouémé. Jeans, baskets, sous-vêtements, chemises Versace ou tailleurs Cacharel… Les petits stands de nos marchands de friperie sont pourvus des articles les plus surprenants. Importés par bateaux d’Europe chaque mardi, jeudi et samedi, ce marché donne lieu à une intense activité commerciale : les balles sont débarquées, achetées, éventrées. Leur contenu est trié, raccommodé, lessivé et repassé. Le tout donne à voir et à entendre : un cadre bruyant, bouillonnant et foisonnant de marchandises les plus diverses.

On achète… ou on n’achète pas. Mais on réalise que ces articles vers lesquels nos chers béninois se précipitent sont les fripes ou fins de stocks européens conçus à partir du coton… béninois, burkinabé, malien… Quand on connaît les difficultés que rencontrent nos cultivateurs de coton, on se dit que le monde est bien étrange, non ?

La librairie Notre-Dame

Située sur l’avenue Clozel à Ganhi, près du nouveau Pont.

Cette librairie (rez-de-chaussée + 2 étages) est certainement la mieux garnie du pays. Vous y trouverez des guides touristiques sur le Bénin ainsi que des plans cartographiques mais également une collection abondante d’ouvrages sur les cultures béninoise et africaine, livres de photographie, essais sur la politique et la gestion du pays, romans et pièces de théâtre d’écrivains béninois, recueil de poésies et contes africains, livres béninois pour enfants, etc.

D’autres libraires, voisines de Notre-Dame portent également un intérêt : citons la SONAEC et la librairie Buffalo.