Ateliers d’été d’Urbanisme et d’Artistes, Porto-Novo 2012

DEDEHOUANOU Désiré
« Gbêdoutin », teinte, 80 x 50cm

Autodidacte, Désiré Dédéhouanou est un jeune talent prometteur. Ses peintures au style abstrait voire surréaliste, réalisées au couteau comme au pinceau, laissent apparaître un savoir-faire précis et soigné, guidé par la recherche de sens et d’esthétisme. Tirant son inspiration de la tradition, des contes et légendes d’Afrique, de la Nature et de ses éléments, il conseille, sensibilise, et dénonce les travers de l’évolution sociale béninoise.

« Gbêdoutin », teinte, 80 x 50cm

« Gbêdoutin » signifie « lieu de vie », l’artiste propose que ces zones humides soient aménagées dans le respect de la diversité végétale et insiste sur l’aspect attractif qui devra les caractériser afin qu’elles puissent être valorisées auprès de sa principale cible : les populations locales.

 

ALIHONOU Donatien

« Sous les arbres », mixte, 65 x 55cm

Donatien ALIHONOU fait partie des artistes béninois qui sont présents sur les grandes scènes internationales de l’art contemporain. Son engagement en faveur de la lutte contre le trafic d’enfants lui a valu de nombreuses distinctions, et notamment l’honneur de représenter le Bénin lors de l’exposition internationale organisée à l’occasion de la Coupe du Monde de Football en Afrique du Sud en 2010. Au-delà des sujets politiques dont il traite, on peut attribuer la singularité de son travail à la spécificité des matières qu’il utilise : des plaques d’imprimerie aux pots de peinture en passant par des tubes d’insecticide ou de désodorisant, il découpe, colle, raccommode au fil de fer et peint pour offrir à nos regards des œuvres empreintes de son esprit critique et sa vision du développement de sa nation.

« Sous les arbres », mixte, 65 x 55cm

L’artiste met particulièrement l’accent sur la biodiversité et la valorisation du patrimoine paysager. Il évoque la nécessité d’exploiter les terres cultivables par les produits vivriers et les plantes médicinales.

MEHOME Ezéchiel dit Méhomez

« La danse des poissons dans la cour de Zounvi, de Donoukin et du Boué », mixte, 80 x 50cm

Artiste autodidacte, Mehomez véhicule à travers ses œuvres les valeurs traditionnelles chères à la société béninoise. En 2012, il participe pour la première fois à une exposition collective en France. Mélangeant les matières, associant les couleurs et jouant sur les contrastes, l’artiste camoufle des symboles riches de sens que chacun doit s’attarder à percevoir s’il veut saisir le message porté par l’œuvre contemplée. Rien n’est laissé au hasard chez l’artiste et tout mérite qu’on s’y arrête.

« La danse des poissons dans la cour de Zounvi, de Donoukin et du Boué », mixte, 80 x 50cm

L’œuvre met en exergue les activités économiques et ludiques liées à l’eau : pêche, promenade en pirogue, etc. L’artiste propose également l’aménagement d’aires de jeux et de pistes cyclables sur les berges.

 

ABLEFONLIN François

« Mémoire d’une ville », acrylique, 52 x 76cm

François Ablefonlin est titulaire d’une maîtrise en science juridique à l’université d’Abomey-Calavi où il a été responsble de la section œuvres artistiques et culturelles de l’atlantique et du littorale. François crée des toiles au style abstrait et aux couleurs chaudes. Il s’inspire de son environnement immédiat, des évènements, des personnages, etc et rappelle à ses concitoyens à travers ses œuvres quelles sont les vraies valeurs productrices de sens, pour chacun et pour l’Humanité. Ainsi, il accorde une large place à l’histoire, à la préservation du patrimoine, aux ressources énergétiques renouvelables.

« Mémoire d’une ville », acrylique, 52 x 76cm

A travers cette œuvre l’artiste invite à un aménagement tenant compte du patrimoine paysager et de l’écosystème au niveau des zones humides de  Zounvi, de Donoukin et du Boué.

 

VITOU Isaac dit Visaac

« Inondation zéro », huile, 70 x 50cm

Issu de la nouvelle génération d’artistes porto-noviens, Visaac présente depuis son plus jeune âge une attirance et un talent certain pour la création artistique. Dans sa peinture, utilisant tantôt l’acrylique tantôt l’huile, il peint des toiles aux formes abstraites et aux couleurs chatoyantes, s’inspirant de son environnement immédiat. Autodidacte comme la plupart de ses pairs, il s’est également initié au design mobilier à partir du bois de goyavier.

« Inondation zéro », huile, 70 x 50cm

illustre l’urgence de prévenir le risque d’inondation grâce à des méthodes de construction adaptées.

 

John Afolayan

« Time is money », acrylique, 55 x 75cm

John Afolayan est un artiste nigérian caractérisé par son extrême polyvalence. Artiste touche-à-tout, il s’exerce à de nombreux domaines et parvient à exceller dans chacun d’entre deux. Discret et laborieux, il emploie la totalité de son temps à la création, et n’hésite pas à transmettre son savoir-faire à la jeune génération. Internationalement reconnu, notamment dans les pays anglophones, il a obtenu de nombreux prix et distinctions depuis ses débuts. Son style tantôt cubiste, symboliste, abstrait ou même figuratif témoigne de la large gamme de ses talents.

« Time is money », acrylique, 55 x 75cm

L’artiste propose l’édification d’un monument pour la promotion touristique en accord avec les impératifs économiques environnementaux et culturels du développement.

 

HOUEDANOU Zountègni Philippe dit Zount

« L’environnement et l’habitat », mixte, 100 x 60 x 30cm

Zount compte parmi les artistes de Porto-Novo dont les œuvres sont régulièrement exposées au-delà des frontières béninoises, notamment en France, en Belgique ou aux Pays-Bas. A la fois peintre et sculpteur, il présente à travers ses créations le quotidien et les traditions des populations locales, et aborde également certains thèmes universels comme la maternité, la protection de l’environnement, etc. Ses œuvres, relevant d’un sens aigu de l’esthétisme, intègre des éléments métalliques variés agencés avec soin : tôles, cloches, barres de fer et d’autres matières tels que le bois, la corde, les perles, les cauris, etc.

 

« L’environnement et l’habitat », mixte, 100 x 60 x 30cm

est une œuvre visant à mettre en évidence l’importance de l’harmonie entre la nature et l’Homme.

 

DAKPOGAN Théodore

« Ayinon », mixte, 114 x 45 x 33cm

Artiste international et doyen parmi ceux de Porto-Novo, Théodore DAKPOGAN est issu d’une lignée de forgerons et a été initié à cette pratique dès son plus jeune âge. Son art est donc empreint des techniques de la forge ; il récupère des objets usagés comme des bassines en émail, des boites de conserve, divers éléments de mécanique ou du fer, et leur donne une seconde vie en les transformant en sculptures colorées aux formes surprenantes, permettant d’identifier leur auteur au premier regard. Représentant le plus souvent des personnages, celles-ci témoignent de l’évolution sociale des populations béninoises et de leur environnement.

« Ayinon », mixte, 114 x 45 x 33cm

« Ayinon » signifiant chef de terre, l’artiste symbolise ici la toute puissance de l’eau y compris sur l’œuvre humaine.

 

BOTON Winoc

« Je pouvais être », mixte, 79 x 50cm

Formé au Centre National d’Artisanat et d’Art de Ouagadougou, Winoc Boton expose régulièrement dans les pays alentour, notamment au Burkina Faso. Son trait de pinceau, empreint du style naïf, atteste d’une maîtrise technique approfondie, qu’il valorise auprès du grand public en traitant de sujets populaires, à la portée de tous. L’accessibilité de l’art et la captation de ses messages constituent sa principale motivation.

« Je pouvais être », mixte, 79 x 50cm

L’œuvre présente les zones humides comme des espaces verts aménagés avec des passerelles pour les promeneurs, des sites touristiques valorisant la culture et les croyances locales.

 

KIFFOULY Youchaou dit le Peintre africain

« Sèmannou », mixte, 30 x 75cm

C’est en Allemagne que Youchaou Kiffouly, surnommé le peintre africain, a fait ses premiers pas dans le domaine de l’art. Artiste engagé, il s’appuie sur ses créations pour véhiculer des messages de sensibilisation sur des thèmes citoyens : le respect et la préservation de l’environnement, les problèmes liés à la gestion des déchets ménagers, la valorisation du patrimoine, etc. Défenseur de la citoyenneté participative et désireux de marquer un public toujours plus large, il se met également en scène lors de performances dans les rues de Porto-Novo, Cotonou, etc.

« Sèmannou », mixte, 30 x 75cm

« Sèmannou » signifie « divisés par la destinée ». L’artiste met ici l’accent sur les spécificités historiques de chaque quartier, dont les projets d’aménagement urbain doivent impérativement tenir compte afin de permettre une meilleure appropriation des nouvelles infrastructures par les populations.